Centre Culturel Angevin d'Espéranto / Anĝeva Esperanto-Asocio

Vous êtes ici  :  Accueil > Ils l’ont utilisé > Correspondance du Japon > Messages mars 2011

Le 28 mars

(traduit par Manjo Clopeau, transmis par Simone Armand)


Le 28 mars

Sont sorties de terre des pousses de prêle, en japonais cukuŝi, ce qui signifie ’’pinceau de terre’’. Aujourd’hui, c’était un beau jour de printemps.

Erreur ! Sur ’’la grande quantité de radioactivité’’
Hier j’ai raconté que dans l’eau de la cuve du réacteur n°2 on avait détecté une radioactivité de 2,9 milliards de Becquerels à l’heure, 10 millions de fois plus que celle dans le réacteur même, mais il s’est avéré que c’était une erreur. On a confondu le cobalt 56 avec l’iode 134 dans les calculs, donc le vrai taux de radioactivité était ’’50- 60 mille fois plus élevé que celui dans le réacteur’’. Erreur incompréhensible, et ce genre d’erreur discrédite plus encore la compagnie d’électricité.

Problèmes dans la zone des 20 kilomètres autour de la centrale
Les habitants autour de s centrales croyaient, devaient croire, ou s’obligeaient à croire qu’il n’y aurait jamais d’accident dans les centrales nucléaires, faisant confiance aux paroles de la compagnie électrique de Tokyo et du gouvernement, mais maintenant ils savent qu’ils ne sont pas compétents. Maintenant les habitants dans un rayon de 20 kilomètres ont interdiction de vivre chez eux. Pour garder leurs fonctions, les ville concernées se sont déjà délocalisées dans une autre ville, en déplaçant la plus grande partie de la population. Evidemment ces gens ont/auront beaucoup de problèmes, mais il y a aussi des problèmes dans cette zone interdite :
1. Plusieurs personnes sont encore ou sont revenues dans leur maison dans cette zone. Certains sont âgés et ne veulent pas déménager, et d’autres ont un troupeau de bêtes, dont ils doivent/veulent s’occuper. Aux uns et aux autres la nourriture manquera, mais pour l’instant il est difficile de les persuader de ne pas habiter là.
2. Un autre problème est beaucoup plus important. Ces villes ont été touchées par le tsunami, et donc il y a sûrement beaucoup de victimes, pourtant jusqu’à présent on a retrouvé seulement 10 morts dans les 6 villes les plus proches des réacteurs 1 et 2, alors que dans les villes voisines on a retrouvé moins de 300 morts par ville. Actuellement 4 équipes de quelques dizaines d’hommes de la brigade de défense recherchent les disparus, mais à cause de la radioactivité leur travail n’est pas du tout évident. C’est une image terrible que celle de cadavres abandonnés depuis longtemps dans les ruines et sur la plage. Peut-être ne pourra-t-on plus habiter dans cette région même après la neutralisation de l’accident.

On retrouve des forces
Beaucoup de personnes non seulement expriment leur compassion à ceux qui souffrent, mais aussi dans les faits apportent leur aide. En regardant ces actions nobles à la télévision, j’ai quelque fois été ému aux larmes.
Dans ma province de Gunma il y a beaucoup de sources chaudes. Dans ces endroits les hôtels eux-mêmes ont des difficultés, ils reçoivent beaucoup d’annulations. Malgré cela, des gens aident ceux qui souffrent dans la région de Toohoku. De la source chaude de Ŝima on transporte de l’eau chaude à la ville de Koorijama dans la province de Hukuŝima. La télévision a montré des mines réjouies de réfugiés dans la piscine.

Dans le stade Kooŝien de la ville de Koobe touchée par le séisme de 1995, se déroule maintenant le championnat de base-ball national des collèges. Aujourd’hui jouait le collège de Toohoku, le représentant de la province Mijagi. Malheureusement il a perdu, mais les élèves ont joué avec toute leur force et cela a donné beaucoup de courage à ceux qui souffrent. Il me semble que les gens regagnent de la force et de l’énergie pour la reconstruction après le désespoir de la catastrophe.

Message de JEI (Institut d’Espéranto japonais)
Remerciement pour les messages d’encouragement après les dégâts au Japon (la 3ème information de l’Institut-Espéranto japonais, 28-03-2011)
La situation depuis le dernier message du 21 mars est la suivante : 77 espérantistes répertoriés dans la région sont en sécurité, sauf un qui n’a pas encore été contacté, suite au grand tremblement de terre et au tsunami dans le nord-est du Japon le 11 mars.
Le séisme a quand-même coûté la vie à plus de 10 000 personnes, et plus de 17 000 n’ont pas encore été trouvé es. Par ailleurs plus de 240 000 vivent encore dans des centres provisoires et souffrent du manque de vivres, ou vivent dans la crainte des retombées radioactives de la centrale. Dans une telle situation nous remercions pour les nombreux mots d’encouragement de l’étranger. Des voix d’espérantistes se font entendre pour aider financièrement les Japonais. Mais comme écrit plus haut, jusqu’à présent les dommages aux espérantistes japonais ne sont pas trop importants, comparé aux autres sinistrés. C’est pourquoi nous vous prions de diriger votre générosité vers vos organisations nationales telles que la Croix-Rouge ou le Croissant-Rouge. Mais si certains envoient de l’argent à JEI, nous l’utiliserons pour les espérantistes japonais dans les régions sinistrées. Nous vous remercions pour votre compréhension. SIBAYAMA Zyun’iti, président de JEI.

HORI Jasuo (s-ro)

- Espéranto-Angers -