Centre Culturel Angevin d'Espéranto / Anĝeva Esperanto-Asocio

Vous êtes ici  :  Accueil > Ils l’ont utilisé > Correspondance du Japon > Messages mars 2011

Le 27 mars

(traduit par Manjo Clopeau, transmis par Simone Armand)


Le 27 mars

Ĉiuj montru eĉ blufan viglecon ! Il faut que tout le monde montre une vigueur même bluffante !

Un magnolia en fleur

Une grande quantité de radioactivité
Dans l’eau de la cuve du réacteur n°2, on a détecté une radioactivité de 2,9 milliards de becquerels à l’heure, 10 millions de fois plus que dans le réacteur même. On suppose que le combustible nucléaire lui-même est défectueux.

Mauvaises retombées dans différents domaines
Aujourd’hui est venu chez moi un jeune employé de la boutique de journaux pour la collecte du paiement de mars. Je lui ai demandé si la catastrophe avait quelque influence sur la vente de journaux. J’avais imaginé que le monde de la presse faisait du profit, car on veut en savoir plus dans de telles circonstance, mais sa réponse a été toute contraire. Il a dit que beaucoup de marchands de journaux risquaient de faire faillite. Au Japon presque toutes les familles sont abonnées à un (des) journal(aux), et les boutiques les distribuent tous les matins. Dedans il faut beaucoup de publicités, et les marchands de journaux en tirent un grand profit financier, mais maintenant beaucoup d’entreprises et magasins suspendent leur offre de marchandises de printemps, et donc ne font pas beaucoup de publicité, c’est pourquoi les recettes des boutiques de journaux diminuent.

Disneyland à Tokyo
La catastrophe crée des dommages importants dans divers domaines. Ceux qui souffrent le plus, à mon avis, sont les agences de tourisme et les hôtels, car les gens n’ont pas envie de voyager en cette période triste. Le fameux Disneyland à 30 kilomètres de Tokyo est aussi atteint. Fin mars, il devrait être rempli de touristes, mais actuellement il est fermé à cause des détériorations dues à ce séisme, et les hôtels tout autour sont vides.

La catastrophe se fait sentir non seulement dans la région nord de Toohoku, mais aussi dans les provinces de Ibaraki et Ĉiba, c’est-à-dire autour de Tokyo. Dans celle de Ĉiba beaucoup de villes qui bordent l’océan pacifique ont été touchées par le tsunami. La ville de Urajasu, où se trouve ce Disneyland, a souffert à cause de jaillissement d’eau et de sable venant du sol. Les deux tiers de la ville sont sur un polder, et le séisme a fortement secoué le sol meuble, laissant jaillir de l’eau et du sable, et ainsi les routes ont été abîmées, et dans certains endroits le sol s’est affaissé et des constructions se sont inclinées. Dans cette situation Disneyland ne peut pas fonctionner. Un collège doit déménager pour une réparation de grande ampleur.

Le printemps est une bonne saison commerciale, mais dans cette atmosphère funèbre beaucoup d’entreprises arrêtent ou retardent la vente des nouveaux produits, et on fait tout en petit, c’est pourquoi l’économie trébuche. Quelqu’un a dit à la télévision qu’il fallait que tout le monde montre une vigueur même bluffante. En accord avec lui, hier je suis allé chez le barbier pour me faire beau et maintenant je montre à mon entourage que je ne suis pas du tout abattu et je vis vigoureusement et dans l’espoir.

Beaucoup d’orphelins
D’après le journal Mainiĉi, dans 3 provinces sérieusement touchées, on a déjà trouvé 22 orphelins qui ont perdu leurs parents. Lors du grand séisme de Hanŝin en 1995 il y en avait eu 68. En 1995 le séisme s’était produit tôt le matin, et donc toutes les familles étaient ensemble et ont souffert ensemble, mais cette fois-ci le séisme s’est produit dans l’après-midi, quand les enfants étaient à l’école, séparés de leurs parents, ce qui devrait produire plus d’orphelins qu’en 1995. De plus la région sinistrée est beaucoup plus grande que celle de Hanŝin, donc le nombre d’orphelins devrait être d’autant plus grand.
Dans le journal Maininĉi (du 26 mars) a été publiée la photo d’un fillette de 10 ans souriante Sacuki, qui a perdu sa mère et dont le père est encore porté disparu. Elle disait : ’’J’ai perdu ma mère, mais je vais me battre avec espoir jusqu’à ce que je devienne adulte’’. Sa grand-mère a dit : ’’ Quand nous avons enterré sa mère, elle a beaucoup pleuré, mais après elle n’a plus pleuré.

Choses encourageantes
1. Aujourd’hui ma lettre sur mon reportage et beaucoup de lettres de soutien du monde entier sont apparues dans le journal Akahata, l’organe du parti communiste japonais.
2. A la télévision le responsable d’une entreprise de sauce soja ancienne de 200 ans, qui a perdu non seulement l’usine et un employé , mais aussi une souche de ferment précieuse, a dit : ’’Mais il nous reste une forte solidarité, alors nous reconstruirons notre usine’’.


- Espéranto-Angers -