Centre Culturel Angevin d'Espéranto / Anĝeva Esperanto-Asocio

Vous êtes ici  :  Accueil > Ils l’ont utilisé > Correspondance du Japon > Messages mars 2011

Le 20 mars

(source de cette traduction : site de Esperanto-Provence, où l’on retrouve aussi le texte en espéranto. Renée Triolle, qui a réalisé la traduction, indique qu’il s’agit d’une traduction "rapide".)


20 mars : Aujourd’hui réunion de Bureau de Japana Esperanto-Instituto à Tokyo.j’ai donc passé la journée à l’intérieur et j’ai peu de choses à raconter. Les transports ferroviaires dans ma ville est interrompu, donc très tôt ce matin j’ai fait 30 minutes à vélo .A toutes les stations-service, de longues files d’attente, et des pancartes : "Plus d’essence " pas de problème avec le train pour Tokyo : il a eu 4 minutes de retard.Ce retard est insignifiant pour la plupart des passagers mais le chef de bord a renouvelé plusieurs fois ses excuses.La société japonaise est ainsi,et pourtant même dans cette société si précise,il y a eu un accident nucléaire .

Ce matin je fais suivre un courriel d’une espérantiste qui habite Tagajhoo qui a beaucoup souffert du tsunami : Chaque jour je fais la queue devant le magasin pour acheter de maigres provisions. Aujourd’hui, au magasin qui a repris, j’ai pu acheter plus que prévu.Mon mari, syndic de l’immeuble essaie de faire repartir le service d’électricité et d’eau. Notre appartement est situé à la base de la colline et n’a presque pas souffert.Dans notre ville, située sur la rivière ,les dommages sur les deux rives sont très différents.Nous sommes sur la rive qui n’a pas souffert, à flanc de colline et la nuit nous voyons les quartiers détruits pas le tsunami, dans le noir ,et j’ai un sentiment de culpabilité. Ma fille qui travaille dans un bureau pour aider les stagiaires chinois est très occupée.Elle doit s’occuper de ceux qui veulent rentrer à l’instigation du gouvernement chinois et aider les isolés dans le centre près du mont Kurikoma .

Elle pleure la mort d’une amie,victime du tsunami.La mère de cette amie est portée disparue . Les parents demandent qu’on n’incinère pas la fille tant que la mère n’aura pas été retrouvée mais il y a tant de morts qu’on ne peut accéder à cette demande .Ce qui rajoute au chagrin de ma fille . Le premier message à ma fille était de M.Senecal (France). Il s’informait du sort des espérantistes de la région de Mijagi, mais le contact a été coupé, parce qu’elle est très occupée et parce que les communications ont empiré .

En rentrant chez moi, j’ai vu la pleine lune,superbe.Voit-elle les personnes en souffrance ? Voient-ils cette belle lune ?Malgré la grande catastrophe,le printemps arrive pas à pas et les belles fleurs de prunier du Japon fleurissent. Bientôt ce sera la floraison des cerisiers du japon dans le sud .

HORI Jasuo (s-ro)

- Espéranto-Angers -