Centre Culturel Angevin d'Espéranto / Anĝeva Esperanto-Asocio

Vous êtes ici  :  Accueil > Ils l’ont utilisé > Correspondance du Japon > Messages mars 2011

Le 15 mars

(transmis par Monique Arnaud)


Le 15 mars

À l’instant, à 22h28 j’ai ressenti une grande secousse. C’est la plus grande réplique après le séisme. Son épicentre se trouvait dans la province Ŝizuoka, dans laquelle se trouve le mont Fuĵi. Les sismologues avaient prévu avec certitude qu’un grand séisme se produirait sur la côte de cette province dans un proche avenir, mais jusqu’à présent, les tremblements de terre ont été rares ici, et encore plus dans les terres. Il y a 300 ans le mont Fuĵi était entré en éruption, et donc les gens craignent une nouvelle éruption. Ce soir j’avais une réunion, et là quelqu’un m’a montré un roman sur le terrible séisme et les accidents sur les réacteurs nucléaires qui ont suivi, c’est pourquoi cette secousse ne m’a pas beaucoup inquiété, comme si une crise similaire attaquait le Japon.

Jusqu’à ce jour, on explique que 4 réacteurs de la centrale de Hukushima sont gravement détériorés, bien que leur fonctionnement ait été arrêté : Pour le 1er et le 3e, les couvertures extérieures ont explosé, et on refroidit les réacteurs à l’eau de mer. Pour le 2e, à 6h14 on a entendu une explosion. On suppose qu’une partie de la cuve sous-pression a été détériorée. Pour le 4e, qui n’était pas en fonction quand le séisme s’est produit, il manque de l’eau dans la piscine à combustibles et cela provoque son réchauffement. La même chose peut se produire sur le 4e et le 5e. Pour ces raisons le gouvernement a ordonné aux habitants dans un rayon de 20 à 30 km de ne pas sortir et de se confiner dans les constructions. Les gens habitant même à l’extérieur de cette zone ont pris peur et ont décidé d’eux-même de se déplacer dans d’autres régions. Les routes vers Tokyo et d’autres destinations sont complètement bloquées par les automobiles.

L’après-midi, à Tokyo et dans les villes voisines, on a relevé des taux inhabituels de radioactivité : Iùaka (au sud et proche de la centrale) : 23,72 micro-Sievert ( ? fois plus) Tokio : 0,809 micro-S (22 fois plus qu’avant) Saitama : 1,222 micro-S (40 fois) Maebaŝi (ma ville) : 0,218micro-S (15 fois) Mais on dit que cette quantité est sans conséquence sur notre corps.

D’après les informations télévisées, à 22h on décomptait 3373 morts, 6746 disparus (le nombre a subitement diminué, je ne sais pas pourquoi, peut-être une erreur ?) et 440 000 réfugiés, y compris les personnes déplacées à cause de l’accident nucléaire. Beaucoup de réfugiés sont vieux (25% de la population du Japon est âgée, et encore plus dans les villes de province) et malades, c’est pourquoi la vie dans les centres de réfugiés devient de plus en plus critique pour eux.

La seule bonne nouvelle aujourd’hui est que 2 personnes ont été sauvées des ruines 90 heures après le séisme.

HORI Jasuo

- Espéranto-Angers -