Centre Culturel Angevin d'Espéranto / Anĝeva Esperanto-Asocio

Vous êtes ici  :  Accueil > Ils l’ont utilisé > Correspondance du Japon > Messages mars 2011

Le 14 mars

(traduction de Manjo Clopeau)


Le 14 mars Je me suis levé à 7h. La télévision a rapporté que c’était le chaos dans toutes les gares car la compagnie électrique de Tokyo avait annoncé la restriction des livraisons d’électricité la veille au soir et ainsi les compagnies de train ont restreint ou arrêté les services. Le gens n’étaient pas assez informés de cela et ont appris la situation une fois à la gare. Dans ma province aussi (à 100 km de Tokyo) tous les trains ont été annulés. Peut-être pour cette raison le lait n’a pas été livré chez moi.

À 7h16, 10h02, 12h10, 3h12, et 3h52 des répliques se sont produites, certaines sur la mer, d’autres dans la montagne. J’ai l’impression que tout l’archipel japonais ressent une immense douleur après la grande opération, qui a pour nom l’énorme tremblement de terre.

Que s’est-il passé à la centrale nucléaire ? Il y a 4 anciens réacteurs. La couverture du 1er réacteur a déjà disparu suite à l’explosion d’hydrogène. Maintenant le 3eme réacteur est dans le même état. On verse de l’eau de mer pour refroidir le réacteur, mais apparemment on ne réussit pas à remplir le réservoir. D’après les explications des scientifiques, les seuils de radioactivité sont classés ainsi : 1000 micro-Sievert : quantité avec laquelle l’homme peut vivre un an sans problème. 1557 micro-Sievert : quantité que le 1er réacteur de Hukuŝima a rejeté. 2400 micro-Sievert : quantité à laquelle l’homme est exposé naturellement pendant un an . 4000 micro-Sievert : quantité que l’homme reçoit lors d’une radiographie. 100 000 micro-Sievert : l’homme souffre de maladies aigües, tel des vomissements. 200 000 micro-Sievert : risque de mort.

A 11h01 une explosion s’est produite dans l’enceinte du 3eme réacteur et le réacteur est maintenant à l’air libre. Le gouvernement a ordonné que les gens dans un rayon de 20 km se confinent chez eux. Pour se protéger de la radioactivité on doit porter un masque, enlever ses vêtements avant de rentrer chez soi, et éviter de manger des aliments non lavés. Cela est aussi simple et primitif que pour éviter l’allergie au pollen ou la grippe.

Je me souviens des mots de feu le docteur Takagi Ĵinzaburoo, scientifique nucléaire et militant contre les centrales nucléaires, qu’il m’a adressés quand je devais aller au congrès universel à Varsovie en 1987. Il m’avait recommandé de ne pas aller en Pologne, car il y avait plein de radioactivité due à Tchernobyl. Il a ajouté que, si j’y allais, je lui achète du chocolat, car la radioactivité se concentre dans le chocolat, et ainsi il pourrait analyser la situation. Malgré sa recommandation je me suis rendu au congrès universel, et donc j’ai respiré comme les 6000 autres participants une bonne radioactivité. Mais je suis encore vivant, donc nous ne devons pas craindre la radioactivité, d’autant plus que la quantité rejetée par ce réacteur est peu importante ! De plus, le gouvernement nous garantit la sécurité, expliquant qu’on ne trouve rien d’anormal dans l’air rejeté par ce réacteur. Croyez ça, citoyens !

Le soir j’ai couru à la boutique voisine pour acheter une bougie, car la compagnie électrique de Tokyo a annoncé qu’elle pourrait stopper la livraison d’électricité dans ma ville entre 17h et 19h. Dans la boutique les bougies et lampes de poche étaient déjà presque épuisées, et je n’ai pu acheter qu’un peu de cire de bougie. Mais ce n’était pas grave du tout, car ma femme et moi avons plusieurs fois voyagé au Népal, où les pannes de courant sont fréquentes, et nous avons déjà vécu de nombreuses nuits sans lumière. Cependant heureusement ma ville a été épargnée et nous avons eu une soirée éclairée.

D’après la télévision, voici la situation actuelle des villes et villages victimes du tremblement de terre, de la société et de l’économie : morts : 1834disparus : 15 000 réfugiés : 450 000 parmi ces réfugiés il y a beaucoup de personnes faibles. Ils vivent avec insuffisamment de nourriture et d’eau, dans le noir et dans le désespoir. Ils ont la chance d’être en vie, mais ils sont confrontés au manque de biens de première nécessité, et ensuite certainement à la grippe puis au chômage.

En raison des dégâts et de la pénurie de courant, les compagnies automobiles Toyota, Isuzu et autres ne fonctionnent pas ainsi que les compagnies électriques Hitaĉi, NEC et Fuĵicu, et quelques grands magasins de Micukoŝi, Takaŝimaja et autres. Les actions japonaises sont en vente et en une seule matinée le cours a baissé de plus de 500 yens.

Au Japon il y a environ 60 réacteurs nucléaires. Leur construction a été initiée par le Parti Démocrate Libéral de l’époque, le monde capitaliste et les compagnies électriques, mettant toujours en avant de façon mensongère la sécurité, et frappant les joues des opposants avec des liasses de billets de banque. Le Japon est un pays volcanique, et situé sur une grande faille sismique, donc il est évident que construire des centrales nucléaires dans cet archipel est extrêmement dangereux, mais l’argent dirige le monde. Pour faire du profit, ils sont prêts à tout, et voilà le résultat. Je pense depuis longtemps que le Japon doit exploiter l’énergie solaire plutôt que l’énergie nucléaire. Le Japon a suffisamment de technologie de pointe pour cela, et si nous réussissions, nous pourrions guider le monde entier dans cette voie. Mais le monde industriel n’a pas eu cette optique et s’est tourné vers l’argent qui se présentait juste sous ses yeux. Je souhaite que le Japon arrête toutes ses centrales nucléaires et se tourne vers une énergie plus saine. Nous aurons alors des difficultés mais cette politique garantira le bonheur à tous les peuples et au monde.

Pour finir j’adresse mes remerciements au monde qui envoie des équipes de secours et qui propose son aide au Japon. Jusqu’à présent des aides viennent de Corée, Singapour, Mexique, Chine, Allemagne, USA, Suisse, Nouvelle-Zélande, Australie, Taïwan, Angleterre, et bientôt France et Russie. J’espère que demain, je pourrai être plus optimiste dans mon rapport.

HORI Jasuo (s-ro)

- Espéranto-Angers -