Centre Culturel Angevin d'Espéranto / Anĝeva Esperanto-Asocio

Vous êtes ici  :  Accueil > Ils l’ont utilisé > Correspondance du Japon > Messages mars 2011

Le 13 mars

(traduction de Manjo Clopeau)


13 mars

Je me suis levé à 7h et aussitôt allumé la télévision. J’avais très peur de la dégradation de l’état des centrales nucléaires. Déjà la veille au soir, lors de l’explosion de l’enceinte du premier réacteur, 150 hommes ont été aspergés du gaz radioactif qui s’échappait. Le gouvernement dit que cette enceinte est une simple enceinte et n’a pas de rapport avec l’accident grave, mais est-ce la vérité ?

La télévision a dit que dans le 3eme réacteur également il y avait des problèmes de refroidissement. A 9h08, pour refroidir le réacteur, on a commencé à versé de l’eau tout autour, mais cela n’a pas été efficace, et on entrevoit la possibilité d’une explosion comme dans le premier réacteur. Le gouvernement a dit qu’il n’existait pas encore de technique pour arrêter les réacteurs, et que 70 à 80 mille habitants autour de la centrale devaient évacuer.

A midi mon ami de Hong-Kong m’a téléphoné, qui devait me rendre visite le 23 mars. Il m’a dit que ses proches lui conseillait de ne pas se rendre au Japon à cause de l’accident nucléaire. A la télévision on a rapporté qu’en Europe et dans de nombreux journaux cet accident de la centrale nucléaire est la nouvelle la plus importante.

L’après-midi j’ai essayé de téléphoner à une espérantiste de la province Iùate, et j’ai réussi à la contacter. Elle m’a dit que l’électricité et le téléphone venait juste de revenir, et que mon appel était le premier. Elle m’a dit qu’elle avait ressenti un tremblement de terre terrible et inhabituel le 9, deux jours avant, et avait l’impression que quelque chose d’inhabituel allait se produire.

Le soir le gouvernement donnait les informations suivantes : 1- Ce tremblement de terre était de magnitude 9. Les plus forts tremblements de terre depuis les années 1950 : 1952 Kamtchatka : 9 1957 Iles aléoutiennes : 9 1960 Chili : 9,4 1964 Alaska : 9,4 2004 Indonésie : 9 2011 Japon 9 Ce tremblement de terre ci a été causé par le mouvement d’une plaque de 500 km de long et 200 km de large, et a duré plus de 5 minutes.

2- dégâts connus depuis le soir : morts : 1049 disparus : plus de 1000 villages disparus : plus de 10 maisons détruites : 5700 réfugiés : 310 000 dans 1897 lieux de réfugiés

Le chef de police de la province Mijaĝi a estimé que dans cette seule province il y avait plus de 10 000 morts. Cela est probable. Dans la ville de de Minami-Sanriku 10 000 des 17 000 habitants ont disparu. Dans cette ville la mairie de 2 étages a complètement disparu et l’hôpital en béton de 4 étages a été inondé jusqu’au 4eme étage. Dans la ville de Minami-Sanriku 15 000 des 23 000 habitants ont disparu et 5000 maisons sont complètement détruites. D’autre part il y a d’autres hameaux sur cette côte qui n’ont pas pu être contactés, et là il y a des victimes à l’abandon.

A ces réfugiés il manque de l’essence, du pétrole, de l’électricité, du gaz, de l’eau, des couvertures, des médicaments et des vivres. Les routes sont bloquées par des débris de bétons et de bois, et on projette donc de faire venir du matériel par la mer avec l’aide des brigades de défense, et même du porte-avions Ronald Reagan et d’autres bateaux militaires.

3- Pénurie d’électricité : non seulement dans les régions dévastées, mais aussi dans les autres provinces autour de Tokyo, l’électricité manque, car beaucoup de centrales électriques sont défectueuses. Pour faire face à cette difficulté, le gouvernement a demandé à la compagnie électrique de Tokyo de livrer l’électricité aux districts tour à tour, et aux compagnies et à la population d’économiser le courant.

Le soir le premier ministre Kan a parlé à la télévision et a exprimé ses condoléances et sa compassion et a demandé l’aide de tout le peuple, en lançant l’appel : ’’Le Japon peut vaincre cette catastrophe’’.

- Espéranto-Angers -