Centre Culturel Angevin d'Espéranto / Anĝeva Esperanto-Asocio

Vous êtes ici  :  Accueil > Ils l’ont utilisé > Correspondance du Japon > Messages avril 2011

Le 7 avril

(source de cette traduction : site de Esperanto-Provence, où l’on retrouve aussi le texte en espéranto. Renée Triolle, qui a réalisé la traduction, indique qu’il s’agit d’une traduction "rapide".)


Voici le rapport du 7 avril

Que les morts reposent en paix dans le paradis de Bouddha

Tôt ce matin, on a commencé à pomper l’azote du réacteur n°1. Ce réacteur est plein d’hydrogène et d’oxygène qui pourront causer une explosion. Pour l’éviter, on pompe l’azote.

On a commencé à rechercher les disparus dans un rayon de 20 km autour de la centrale. Dans la région de Fukushima, il y a 3900 disparus et on suppose que la plupart sont dans cette zone.Aujourd’hui, 200 policiers en scaphandre antiatomique ont exploré cette zone .

13600 habitants dans le zone des 20-30km autour de la centrale ont évacué leur habitation sur ordre du gouvernement mais plus de 20000 sont revenus. Les raisons en sont diverses : 30% à cause des conditions de vie dans les centres de réfugiés. 28% à cause du travail 14% par crainte des vols. (il était possible de cocher plusieurs réponses)

Ce sont les personnes âgées qui souffrent le plus. Le 4 avril la police dans la région de Gunma (la mienne) a fait savoir que 4 réfugiés entre 73 et 101 ans et un de 54 ans sont morts entre le 22 et le 31 mars. Ils avaient été transportés de la région de Fukushima. Ils étaient malades et ils sont morts soit du stress, soit de l’absence de traitement. Actuellement, 168 sont hospitalisés.

Toohoku est la région la plus âgée du Japon. L’évolution du nombre de personnes âgées est sans précédent dans le monde. Voyez les statistiques : 1950 1970 1985 1990 1995 2000 2008 4,9% 7,1% 10,3% 12,1% 14,5% 17,3% 22,1%. _ En 2007, la population comptait 13,5% de 0 à 14 ans, 65% de 15-64% et 21% de 65 ans ou plus .

La région de Toohoku est la région la moins riche. À l’époque Edo (avant le XIXème siècle) les famines étaient fréquentes à cause de la rigueur du climat. Autour de la grande crise économique de 1929 on vendait ses filles aux bordels de Tokyo. Après le Deuxième Guerre Mondiale,on expédiait les jeunes travailleurs, peu chers comme "oeufs d’or" aux usines de Tokyo et régions alentour en pleine expansion. Au cours des dernières années, le Japon a bien prospéré mais cette région a stagné et les jeunes ne trouvent pas de bons postes. Aussi beaucoup ont quitté la région pour travailler à Tokyo. Généralement dans les villes ou les villages de province, le pourcentage de personnes âgées est plus élevé, donc encore plus dans la campagne ou les ports de Toohoku. C’est pourquoi qu’il y a de nombreuses personnes âgées parmi les victimes du tsunami.

Les survivants.

Après le tsunami, comment vivent les personnes âgées ? Dans la maison de retraite Jooju dans la ville de Rikuzen-Takad où vivaient 110 résidents avant le tremblement de terre, on a recueilli 200 réfugiés. Avant, il y avait 165 soignants : 7 sont morts,6 ont disparu. 56 ont perdu leur maison et vivent avec les réfugiés. Dans les chambres pour deux, vivent quatre personnes. Par manque d’eau, on a mis des couches aux personnes, même non incontinentes. Aussi elles sont devenues dépendantes et se sont affaiblies. Les soignants sont fatigués, mais ils ne se plaignent pas, car tout le monde souffre et soigner est leur devoir. Dans la maison de retraite Macubara, dans la même ville, il y a 190 personnes âgées, démentes ou malades ; s’y sont rajoutées 15 autres . Cinq des soignants sur 50 ont disparu. Dans les maisons de retraite, les soignants doivent alterner le travail de jour et de nuit mais ils supportent les difficultés. Les soins sont nécessaires pour les personnes âgées mais aussi pour les soignants. (d’après le journal Mainitchi du 2 avril)

La maison de retraite Takamcu dans la ville de Minami-Sooma est située dans le rayon de 30 km autour de la centrale. Le Directeur a décidé d’évacuer avec 58 résidents de 64 à 106 ans et a trouvé un village-vacances Haguro dans la ville de Curuoka, région de Yamagata. Actuellement , 11 personnes qui ont perdu 3 collègues de travail s’occupent de tant de malades. Ils doivent changer les couches jour et nuit et s’occuper des déments qui errent et défèquent n’importe où. Entre temps ; une personne est morte et deux ont été hospitalisées. Vu le prix du séjour trop élevé, le Directeur a décidé de déménager. Seize personnes âgées sont restées dans une autre maison de retraite à Tsuruoka et 49 autres ont atteint un autre lieu dans la ville de Minami-Uonima, région de Niigata, après 5 heures de bus. (journal Asahi du 3 avril)

D’après la loi sur le secours aux victimes de catastrophe naturelle, on peut utiliser gratuitement les hôtels comme abri provisoire. L’Office du Tourisme a déjà réservé plus de 120000 chambres. Il a envoyé l’information aux villes concernées le 24 mars, mais elles étaient trop occupées pour faire suivre aux instances concernées et aux maisons de retraite .

Ma mère, âgée de 93 ans dit qu’il est difficile de mourir. En lisant les articles sur les difficultés des personnes âgées, je me demande qui est plus malheureux : ceux qui sont morts dans le tsunami ou les survivants dans les centres d’accueil . Dans le journal Asahi d’aujourd’hui, on peut lire : "Au début, ma mère de 70 ans était contente d’avoir survécu, mais au cours des derniers jours elle est devenue mélancolique et dit qu’elle aurait préféré mourir dans le tsunami ."

HORI Jasuo (s-ro)

- Espéranto-Angers -