Centre Culturel Angevin d'Espéranto / Anĝeva Esperanto-Asocio

Vous êtes ici  :  Accueil > Ils l’ont utilisé > Correspondance du Japon > Messages avril 2011

Le 3 avril

(source de cette traduction : site de Esperanto-Provence, où l’on retrouve aussi le texte en espéranto. Renée Triolle, qui a réalisé la traduction, indique qu’il s’agit d’une traduction "rapide".)


le 3 avril

Voyez-vous de l’espoir ?

Un nouveau mois est arrivé. Il reste beaucoup à faire : s’occuper des victimes ; rechercher les disparus ; calmer les réacteurs nucléaires etc, mais dans le même temps, il faut prendre en considération la façon dont on va reconstruire les villes et les villages détruits. Voici quelques propositions :

proposition du Premier Ministre

Le 1er avril, le Premier Ministre Kan Naoto a publié ses idées sur la reconstruction des régions sinistrées.

- 1 Le but ne sera pas de reconstruire mais de recréer la région de Toohoku et le Japon dans un projet plein d’espoir . Concrètement, je propose que les habitants déménagent dans les parties surélevées et se rendent en visite au bord de mer et que les villes nouvelles soient le meilleur modèle pour la protection du milieu et le bien social.

2- Pour trouver le meilleur projet et y donner suite, le gouvernement fondera un " Comité de Plan de relèvement" le 11 avril, date anniversaire de la catastrophe . En ce qui concerne l’état des centrales nucléaires, il a dit ; "Jusqu’à présent, je ne peux affirmer qu’elles sont suffisamment stabilisées. Certes, la bataille sera longue, mais nous vaincrons".

Il a mentionné aussi le budget pour enlevé les débris, construire des logements provisoires et multiplier les embauches .

Tous pour les enfants

Monsieur Tomiyama qui possède une compagnie de bus dans la région sinistrée a proposé ce qui suit :

Pour reconstruire le Japon, le plus important est de considérer si ces projets sont bons ou mauvais pour les enfants . Laissons faire la jeune génération, les moins de 30 ans. Que les personnes plus âgées se consacrent aux enfants et renoncent à leurs droits acquis en faveur des enfants. La force du Japon se trouve dans les gens ordinaires qui font volontairement don de leur personne. Mettons à profit cette catastrophe pour la gloire de notre avenir.

Des villes compactes

Monsieur Umezaùa Takaaki qui travaille pour une compagnie de consultants a fait la proposition suivante :

La région de Toohoku est confrontée au vieillissement et à la diminution de sa population. C’est difficile ou même impossible de s’occuper de ceux qui vivent dispersés dans cette grande région. Donc, construisons des villes compactes. Tout d’abord, choisissons des lieux surs, loin du bord de mer, au centre du pays et construisons de hauts bâtiments où seront installés les services municipaux et commerciaux, les hôpitaux, les maisons de retraites et les appartements. Chaque ville compacte aura son caractère propre, par exemple, une médecine de haut niveau, un centre énergétique d’énergies renouvelables, un centre touristique ou des coopératives agricoles. Je pense que ce système est le meilleur pour la reconstruction .

L’état a racheté un terrain inondé

Monsieur Saitoo Hiroshi, 49 ans, qui travaille dans une compagnie a fait la proposition suivante dans une lettre à la rédaction d’un journal :

Que l’état se porte acquéreur des terrains dans la zone des 500 m en bord de mer et y construise plusieurs rangées de digues plantées d’arbres. Ne restent au bord de mer que les ports et les terres pour la production agricole. Que sur les collines soient édifiées appartements, Mairie, hôpitaux, écoles et centres commerciaux.

La caractéristique de cette catastrophe est l’ampleur des terres inondées. Dans de nombreuses villes, c’est le quartier prospère qui a été dévasté. 443 km2 ont été inondés, alors qu’en 1923, lors du tremblement de terre de Kantoo, 35km2 avaient été perdus et en 1995, lors du tremblement de terre de Hanshin, 2,6km2. Il faut donc tout prévoir à plus grande échelle.

Mais le plus important reste le changement dans la politique énergétique. Si nous continuons à dépendre de l’énergie nucléaire dans ce petit pays si peuplé, la même chose peut se reproduire. Le Premier Ministre Kan a dit lors de la conférence avec le présidant du Parti Communiste japonais,Monsieur Shii, qu’il était absoilument nécessaire de revoir chaque centrale nucléaire et de discuter de la sureté de l’energie atomique quant à son utilisation future.

Monsieur Kan parle bien mais quand il s’agit de réaliser ses plans, les capitalistes interviennent et Monsieur Kan cède ; c’est pourquoi il est absolument nécessaire de le soutenir quand il a de bons projets. La proposition " Tout pour les enfants" est très bonne et j’ai honte de craindre de voir ma pension réduite à cause de cette catastrophe.

HORI Jasuo (s-ro)

- Espéranto-Angers -